Un siècle d’histoire raconté depuis le débarras, sous l’escalier, avec des marionnettes plus vraies que nature. Un hymne à l’enfance.

Quelle est la meilleure planque pour une partie de cache-cache ? Le débarras bien sûr ! Ce petit placard sous l’escalier. C’est la tanière dans laquelle de tous temps, les enfants partagent leurs jeux, chuchotent leurs secrets ou laissent leurs rêves s’exprimer.
Imaginez un plan fixe de plus d’un siècle : la compagnie Alula y pioche, sans chronologie, des moments de vie de neuf enfants âgés de 6 à 14 ans, qui s’y succèdent de 1900 à nos jours. Le décor se plie et se déplie, les modes, les mœurs, ou le langage passent les époques grâce à des marionnettes manipulées à vue. Un filet de lumière sous la porte : tiens l’électricité est là ! Puis parviennent les bruits de la radio, de la télé. Au milieu des jeux d’enfants s’invite la grande Histoire et ses drames, ceux du 20e siècle. Peut-elle atteindre le refuge sacré de nos enfances ?


Lumière Dimitri Joukovsky
Son Michov Gillet
Régie Mathieu Houart, Loïc Scuttenaire
Construction décors ateliers Berton, Sarah de Battice, Raphaël Michiels
Graphisme Anne Crahay
Diffusion Margaux van Audenrode

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Wallonie-Bruxelles Théâtre Danse.
Avec l’aide des Centres Culturels de Waremme, Braine L’Alleud, Chênée, Tintigny-Rossignol et Remicourt.
Merci à Alexis Nachtergael, Geoffrey Mornard, Olivier Palgen, Jean-Marc Delhausse, Eric Gierse, la Cie Dérivation.
Photo © Geoffrey Mornard