Dani de Morón poursuit son ascension et célèbre son dernier disque avec Duquende et Jesús Méndez, deux monstres du cante.

Né en 81, Daniel Lopez Vicente, éblouissant de technique et d’une rare profondeur, a su mûrir son jeu et maîtriser son destin. hier jeune prodige, il est aujourd’hui un guitariste étoile dont 21 (pour 21e siècle), son troisième disque, où sont réunis dix chanteurs inscrits dans le siècle, constitue de fait une anthologie qui fera date. Ce soir à Nîmes, il a choisi Jesús Méndez et Duquende pour célébrer ce disque fleuve.
Duquende, Gitan catalan à la voix écorchée, parrainé gamin par Camarón puis proche de Paco de Lucía qu’il suivit plusieurs années, est un chanteur charismatique aux accents parfois tragiques. Jesús Méndez, plus jeune, et formé à l’école de Jerez, est, lui, un chanteur exigeant et profond qui, partout dans le monde, a imposé son absolue sincérité. A ses yeux, reprendre le flambeau du cante est une mission. Un devoir sacré. Face à ce duo précieux, Dani de Morón s’épanouit ici comme le dernier grand héritier de l’école de guitare de Morón. Vibrant retour aux sources : là où la guitare parvient à sublimer le chant…


Production A Negro Producción.
Accueil au Festival Flamenco de Nîmes avec le soutien du Gouvernement d’Andalousie.

© Photo Suroeste Radio France.