David Coria revient à Nîmes pour une rencontre endiablée où s’exprime toute l’énergie vitale du flamenco d’aujourd’hui.

Nîmes avait adoré en 2015 son spectacle Espiral aux côtés d’Ana Morales. En 2016, soliste du Ballet Flamenco de Andalucía, il avait illuminé En la memoria del cante de la chorégraphe Rafaela Carrasco. Cette fois, David Coria, 33 ans, se rapproche encore un peu de son idéal flamenco généreux. Formé au conservatoire de danse de Séville, il a côtoyé les meilleurs danseurs et sillonné le circuit mondial des festivals. Désormais maître de son destin, il n’est pas pour autant un artiste torturé et rêve avant tout de transmettre toute l’énergie pure de la danse.
El Encuentro, c’est d’abord la joie du partage où les discours finissent toujours par se fondre. Pour ces échanges de haut vol, il a trié ses invités sur le volet. Florencia Oryan, Paula Comitre et Rafael Ramírez, jeunes danseurs du Conservatoire de Séville, sont de brillants complices, et Ana Morales, artiste invitée, est plus rayonnante que jamais. a la guitare, José Luis Medina et Jésús Torres, compositeur des musiques, portent les rythmes à incandescence et le cante est défendu par un luxueux duo : le poète Antonio Campos (aussi percussionniste avec Daniel Suárez) et Miguel Ángel Soto “El Londro”.


Direction et composition musicale Jesús Torres
Ambiance musicale Daniel Suárez
Conception d’éclairage Juan Luis Martín
Son Kike Seco
Croquis de costume Belén de la Quintana
Vestiaire Pepa Carrasco, Pili Cordero
Photographies Ángel Montalbán
Production exécutive Marta Tenorio
Direction de production Lola Ortiz de Lanzagorta

 

Avec la collaboration du Centro Andaluz de Danza, Teatro Central de Sevilla, Conservatorio profesional de Danza de Sevilla “Antonio El Bailarín”, Fundación Cristina Heeren.
Diffusion www.artemovimiento.es – Daniela Lazary.