C’est son dernier défi : Israel Galván se mesure à l’œuvre majeure de Manuel de Falla, bien décidé à la soumettre aux flammes de l’enfer.

Créé il y a un siècle, L’amour sorcier du grand Manuel de Falla, devenu ballet emblématique, est un monstre sacré du répertoire que personne n’oserait écorner. Personne ? Si, Galván, danseur de toutes les transgressions, artiste né et paramétré au geste près pour s’aventurer au-delà d’horizons qu’il ne finit de repousser. C’est pour ces ailleurs et vertiges qu’il ne cesse de rénover sa danse funambule et incandescente.
En se mesurant pour la première fois à un fleuron du répertoire, Israel Galván veut, dit-il, « débarrasser cette œuvre de la scénographie et du bric-à-brac pour que seule demeure la musique en elle-même, portée par un seul corps. Pour moi, ajoute-t-il, c’est comme si cette musique possédait le pouvoir de donner la fièvre, de faire pénétrer dans les enfers ».

Festival Flamenco du 9 au 19 janvier 2020 – Programme complet en novembre 2019.


Conseiller musical Pedro G. Romero
Création lumière Rubén Camacho
Design sonore Pedro León
Scénographie et direction technique Pablo Pujol
Assistante à la mise en scène Balbi Parra
Assistant à la chorégraphie Marco de Ana
Costumes et silhouettes Nino Laisné
Avec la collaboration de Reyes Muriel del Pozo
Réalisation costumes Carmen Granell

Production Israel Galván Company.
Coproduction Teatros del Canal, Maison de la Musique de Nanterre – Scène conventionnée, Festival de Jerez, dansa, Quinzena Metropolitana, Ma scène nationale – pays de Montbéliard, Teatro della pergola.
Avec le soutien de Ayuntamiento de la Rinconada, espace Jéliote – Oloron-Sainte-Marie.
Photo © Daniel M. Pantiga