Flamenco, hip hop et danse africaine, le nouvel opus de José Montalvo est un hymne à la joie de vivre.

Après un Don Quichotte endiablé, José Montalvo revient à Nîmes avec un spectacle aux couleurs du flamenco, comme un retour aux racines de son art et à ses origines de fils d’immigrés espagnols. Il élargit son équipe hétéroclite en invitant d’éminents danseurs et chanteurs de Cordoue et Séville, dont Fran Espinosa, présent la saison dernière dans Franito avec Patrice Thibaud.
Son spectacle conçu comme un diptyque, s’ouvre avec Le Sacre du Printemps, chef-d’oeuvre du répertoire. Suit un brillant hommage aux fêtes populaires de son enfance dans le Sud-Ouest de la France au milieu des années cinquante.
Sa passion de la danse est née là, avec ses parents et leurs compagnons d’infortune. A l’apogée de son art, l’impétueux chorégraphe signe un mariage des genres et des cultures.


Coordination artistique Mélinda Muset-Cissé
Costumes Rose-Marie Melka assistée de Marie Malterre et Didier Despin
Réalisation costumes Théâtre National de Chaillot
Lumières Gilles Durand et Vincent Paoli
Son Pipo Gomes
Collaborateurs artistiques à la vidéo Sylvain Decay et Pascal Minet
Infographie Sylvain Decay, Clio Gavagni et Michel Jaen Montalvo
Répétiteurs Delphine Caron, Emeline Colonna, Simhamed Benhalima et Fouad Hammani

Musique Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky (orchestration Myung Whun Chung), La Zarzamora de Lola Flores, Dream a little dream of me de Fabian Andre et Wilbur Schwandt, What a wonderful worLd de Bob Thiele et George David Weiss
Chants Los Adios de Los Amigos de Gines, La Liebre de Pedro Peña Peña, Mañha do Carnaval de Luiz Bonfa
Et Antônio maria (repris en espagnol), El Emigrante de Juan Valderrama Blanca
Chants populaires Tangos, Fandangos de Huelva, Tangos de Triana
Textes Andaluces de Jaén de Miguel Hernandez, Tanguillo de la Guapa de Cádiz de Lola Flores

Production Théâtre National de Chaillot. Coproduction Les Théâtres de la Ville de Luxembourg.
Photographies : Patrick Berger