Le benjamin de la tribu Morente, révolutionnaire du cante du 20e siècle, présente son premier disque aux couleurs de Grenade.

Il y avait déjà Estrella, l’aînée devenue star, Solea la cadette, plus discrète, et c’est maintenant le benjamin José Enrique, dit Kiki, qui signe Albayzín,
premier disque fidèle à son héritage. les trois enfants d’Enrique Morente, disparu en 2010, ont tour à tour, et à leur manière, repris le flambeau paternel.
Kiki, 29 ans, n’est encore qu’un jeune chanteur en pleine évolution, fort de ce charme élégant qu’il partage avec ses sœurs. mais il a d’autres armes pour convaincre : d’abord sa voix, fraîche, légèrement voilée, et une belle maîtrise des rythmes due sans doute à sa formation de guitariste. avec Albayzín, superbe anthologie de guitaristes, dont Juan et Pepe Habichuela, vieux maîtres de Grenade et compagnons de son père, le dernier des Morente a justement choisi de rendre hommage à ses pairs musiciens.
Pour son premier récital à Nîmes, Kiki Morente a élu un de ses proches compagnon de route, David Carmona, jeune membre du clan Habichuela encensé par Manolo Sanlucar. le futur du flamenco, c’est eux…


© Photo Alex Rademakers