Cette fresque décapante dénonce le rêve américain, la grande machinerie du pouvoir et de l’argent…

Adapté du roman de William T. Vollmann paru en 2000, La famille royale dresse le portrait noir d’une Amérique sans principe moral, rompue au pouvoir de l’argent. Emplie de violence, de corruption et de désespoir, cette pièce frappe par son actualité.
Sur fond de musique rock jouée en live, dans des mouvements de décor permanents et un rythme ultra-soutenu, on passe des gratte-ciels aux bas-fonds de San Francisco rongés par la drogue et la prostitution. Un homme d’affaires cynique emploie son frère, détective privé, pour trouver la mythique « Reine des putes » qu’il veut comme star de son casino dédié au sexe virtuel. Dans cette descente aux enfers, les comédiens et musiciens saisissent toute la beauté et l’horreur de l’humanité.


Composition et interprétation musicale Clément Bondu,
Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau
Scénographie Anne-Sophie Grac
Création lumière David Debrinay
Sonorisation Mathieu Plantevin
Régie générale Nicolas Galland

Production La Meute – Théâtre. Production déléguée Les Célestins – Théâtre de Lyon.
Coproduction Les Célestins – Théâtre de Lyon, La Comédie de Caen – Centre Dramatique national, Théâtre Jean-Vilar de Bourgoin-Jallieu.
Avec l’aide au projet de la DRAC Auvergne – Rhône-Alpes. Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National. Avec le soutien de l’école de la Comédie de Saint-Etienne – DIESE # Auvergne – Rhône-Alpes, de la Ville de Lyon, de la Région Auvergne – Rhône-Alpes, de la SPEDIDAM, du Centquatre-Paris, du Centre Dramatique National de Normandie – Rouen, du Toboggan – Décines.
Photographies :  Simon Gosselin.

Avertissement : certaines scènes sont susceptibles de heurter la sensibilité des spectateurs.