Pepe Linares le Nîmois renoue avec sa ville d’origine, foyer toujours vivant de la Taranta. Il réunit ce soir les plus belles voix de sa terre andalouse.

Pepe Linares, ambassadeur du flamenco à Nîmes, a retrouvé avec bonheur le flamenco de son enfance dans cette ancienne capitale minière de la province de Jaén où il a grandi et qui lui a inspiré son nom d’artiste. Fief de la Taranta, le chant propre aux mineurs andalous relié au groupe des tangos, Linares entretient la flamme avec un grand concours organisé chaque été depuis 1969. Nîmes a ce soir le privilège de découvrir ses meilleurs interprètes.

José Heredia “Josélete”, vieux routier des peñas ou concours, est un authentique héritier de la tradition qui excelle dans le « cante serio » : solea, seguiriya ou taranta.

Toli de Linares, lui, s’est d’abord fait connaître pour ses saetas, les chants de la semaine sainte, puis a écumé tous les grands cabarets flamencos de la péninsule. Professionnel depuis l’an 2000, Toli a exporté son savoir-faire jusqu’au Japon. Les vieux chants des mineurs inspirent aussi les plus jeunes, notamment les femmes : Nazaret Romero, 21 ans, a raflé tous les prix du concours de Linares en 2013, et Belén Vega, 23 ans, formée par Carmen Linares, est l’un des grands espoirs de sa génération.


Coordination Pepe Linares.