Chant rare, poétique et mystérieux de cet instrument antique de la culture arménienne.

Au carrefour des grandes civilisations moyen-orientales, l’Arménie possède une culture et une tradition musicale uniques. Flûte en abricotier à anche double taillée dans un roseau, le duduk en est l’emblème. Ce bel instrument, dont on retrouve la trace sur des manuscrits ou des pierres sculptées du IIIe siècle, rythmait autrefois les chants et danses des différentes régions d’Arménie. Haïg Sarikouyoumdjian a étudié le duduk en Arménie auprès des grands maîtres qui lui ont enseigné conjointement la technique avec toutes les nuances de timbre et toutes les subtilités du répertoire traditionnel : intonations, ambiguïtés et multiplicités rythmiques, travail de l’ornement, développement des modes. La voix du duduk, chaude, douce, envoûtante, véhicule l’âme du pays, son histoire douloureuse mais aussi la formidable vitalité de sa culture.


Production Théâtre de Nîmes – scène conventionnée d’intérêt national – art et création – danse contemporaine.
En collaboration avec Françoise Degeorges, productrice de l’émission Ocora Couleurs du monde sur France Musique.
© Photo Greg Bal