Poésie et sensualité : face à deux complices de luxe, la danseuse de Jerez rêve tout éveillée…

Pantalon et cheveux court, danseuse au style rayonnant, sensualité à la Liza Minnelli, Leonor Leal se glisse dans la nuit avec gourmandise et dialogue en finesse avec la guitare d’Alfredo Lagos et les percussions d’Antonio Moreno. Complices de choix : Lagos est un virtuose du raffinement, et Moreno, adulé entre autres par Israel Galván, a créé à lui seul un univers sonore sans égal. Nocturno est un doux rêve éveillé où, dit Leonor Leal, « deux musiciens et une danseuse tissent une route dans l’insomnie »
Venue du classique, Leonor Leal s’est ouverte au flamenco avec les meilleurs : Antonio Pipa, Andrés Marín ou le ballet flamenco d’Andalousie alors dirigé par
Cristina Hoyos. son premier spectacle solo, Leoleolé, triomphe en 2008, elle devient professeur dans l’académie d’Andrés Marín et poursuit sa quête originale d’un flamenco contemporain mais toujours lumineux. avec Nocturno, créé en septembre dernier à la biennale de Séville, elle dévoile encore un peu ses rêves d’artiste. Flamenca rayonnante de ce temps.


Direction, chorégraphie Leonor Leal
Collaboration à la direction María Muñoz (Mal Pelo)
Espace sonore et collaboration à la création Jean Geoffroy
Accompagnement artistique Natalia Jiménez
Création sonore Manu Meñaca
Création lumière Carmen Mori
Costumes Carme Puig de Vall i Plantés

Production Leonor Leal et Cisco Casado. Management et booking A Negro producciones.
Avec la collaboration dans les résidences artistiques du Théâtre Garonne, Toulouse et du Centro de Creación L’animal a l’esquena, Celrà, España.
Remerciements Pedro G. Romero, à toute l’équipe de L’animal a l’esquena et Mal Pelo et à Adela Algarín pour son travail dans la production au début du projet.
Accueil au Festival Flamenco de Nîmes avec le soutien du Gouvernement d’Andalousie.

© Photo Tristan Perez Martin