Un plateau exceptionnel pour construire autour de Stephanie Thiersch ce ballet noir.

Batailles d’images évoque la voracité et l’absence de mesure dans la société, où chacun est constamment confronté à une machinerie de séduction visuelle. Les images véhiculées par les médias donnent un sentiment de pouvoir ou de beauté qui entretiennent un désir bien réel d’images fabriquées. Cette pensée a guidé la chorégraphe et son équipe au point de départ musical de la pièce : Musiques pour le souper du Roi Ubu du compositeur Bernd Alois Zimmermann, une composition torsadée, dont les citations musicales vont de la musique baroque à la musique moderne et lient Berlioz, Bach et Wagner à d’autres encore.

Stephanie Thiersch, reconnu internationalement grâce à son travail « poétiquement stimulant » et son mélange des arts, se lance sur un nouveau champ de bataille. Pour construire avec elle ce ballet noir, elle a choisi la compositrice Brigitta Muntendorf, le Quatuor Asasello, le grand orchestre Les Siècles et 8 danseurs/euses internationaux.

 


Production – Coproduction MOUVOIR/Stephanie Thiersch,  Théâtre de Nîmes – scène conventionnée d’intérêt national – art et création – danse contemporaine, Beethovenfest Bonn, tanzhaus nrw Düsseldorf, Ensemblenetzwerk Freihandelszone.
Avec le soutien de la Fondation Culturelle de l’Allemagne fédérale (Kulturstiftung des Bundes), Kunststiftung NRW, Ministerium für Kultur und Wissenschaft des Landes Nordrhein-Westfalen, RheinEnergieStiftung Kultur, Kulturamt der Stadt Köln.
Ce projet fait partie du programme de résidences Schloss Bröllin e.V., promu par le Ministerium für Bildung, Wissenschaft und Kultur des Landes Mecklenburg-Vorpommern et Landkreis Vorpommern-Greifswald.

© Photo Martin Rottenkolber