La lumineuse chanteuse de Huelva et le virtuose sévillan du baroque transcendent leurs styles musicaux.

Rocío Márquez, voix de cristal e charme inné, poursuit son parcours initiatique. On lui prédisait une carrière linéaire et classique, peu ou prou commerciale. Elle a multiplié au fil des ans les expériences, réjouie de transgresser son image lisse et d’imposer son exigence, sa sensibilité. cette fois, elle dialogue avec Fahmi Alqhai, musicien baroque et virtuose de la viole de gambe. Ce Sévillan syro-palestinien, adoubé par Jordi Savall, le pape du baroque espagnol, s’était déjà confronté au flamenco avec le chanteur Arcángel. « Avec Rocío, dit-il, nous avons créé un dialogue très intime ». Pendant près d’un an, ils ont peaufiné un répertoire original, soutenu en beauté par les percussions d’Agustín Diassera. Invitation au voyage. Entre peteneras et canarios, seguiriyas et air de Monteverdi, chants de ida y vuelta et le fameux cant dels ocells du violoncelliste Pablo Casal, la viole de Fahmi et la voix de Rocío traversent avec émotion les océans, les styles et le temps.


Production Alqhai y Alqhai. Distribution Viavox production.
Une commande de la Biennale Flamenco de Sevilla en 2016.
Accueil au Festival Flamenco de Nîmes avec le soutien du Gouvernement d’Andalousie.

© Photo Javier Diaz de Luna