Sculpture vivante, le corps se met à nu dans cette performance chorégraphique à l’écoute de soi et des autres.

A mi-chemin entre solo et oeuvre plastique, Sylvie Pabiot danse avec la lumière et le son sur un plateau épuré, cocon d’une pureté rare. Le corps nu de la danseuse se laisse sculpter par la lumière, offrant au regard la multitude de ses « moi ». Parfois elle manipule la source lumineuse, au plus près de sa peau, et donne ainsi de l’ampleur à chacune de ses postures. Elle se décline, questionnant la notion d’identité, la place du corps dans le mouvement. Au centre d’un rapport scène-salle intime, sa performance appelle à la contemplation. Et elle nous invite à percevoir comment un geste, si infime soit-il, peut donner du sens à la vie.


Production Compagnie Wejna.
Coproduction CCN Grenoble – Jean-Claude Gallota dans le cadre de l’accueil studio, CDC Art Danse Bourgogne.
Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Auvergne, Conseil Régional d’Auvergne, Conseil Général du Puy-de-Dôme, Ville de Clermont-Ferrand.
Remerciements (pour l’accueil en résidence) à L’association Zoooum et la Ville de Clermont-Ferrand, la Vannerie et la Fabrique à Toulouse, Ville de Cournon d’Auvergne – la Coloc de la Culture, La Briqueterie – Centre de Développement chorégraphique (CDC) du Val-de-Marne, Gare aux Artistes à Montrabé.
Photographies : Mélissa Leroux