La voix archaïque de l’héritier des Perrate face à la guitare aérienne d’un orfèvre de Jerez.

Duo somptueux pour ce premier concert acoustique au récent Musée de la Romanité. Tomás de Perrate, converti tard au flamenco après une adolescence plutôt rock, fils de Perrate de Utrera, petit-fils du mythique Manuel Torre et neveu de María la Perrata, est un héritier de choix. Issu d’une dynastie gitane enracinée à Utrera, il a vite
imposé sa voix minérale, archaïque qui ont séduit, entre autres, le danseur Israel Galván. capable d’affronter tous les styles, et tous les rythmes, jusqu’au swing des musiques de sa jeunesse, Tomás s’aventure parfois loin de ses bases puis se replie sur le cante nu et cru de sa terre. Indémodable.
Alfredo Lagos, le guitariste de Jerez au jeu si nuancé, si subtil, est ici mieux qu’un complice bienveillant. Face à l’authenticité vibrante de Tomás, Alfredo Lagos, qui est aussi un
compositeur prolixe et raffiné, est en contrepoint un modèle de légèreté. Ce soir, il défie les arènes romaines et soutient l’héritier des Perrate d’Utrera, berceau du chant gitan.


Production A Negro Producción.
Accueil au Festival Flamenco de Nîmes avec le soutien du Gouvernement d’Andalousie.

© Photo Archivo Fotográfico de la Bienal.