Théâtre de Nîmes > Actions éducatives > Qui triture les sons et les électrise ?

Qui triture les sons et les électrise ?




Atelier-Ohm-Ecole-de-La-cigale

Qui triture les sons et les électrise pour faire surgir une musique pluri-sonique, qui chatouille les oreilles et élargit les perspectives ?

Les élèves du collège Feuchères ! Accompagnés par Jérémy Lopez leur professeur d’arts plastiques, ils ont assisté à un atelier préparant le spectacle O(h)m, triturateurs soniques.

L’atelier débute par une définition de la musique électronique. Rien de plus éclairant que la vidéo où l’on voit la performance de John Cage intitulée Water Walk, réalisée en 1960, dans l’émission très populaire de télévision I’ve got a Secret. https://www.youtube.com/watch?v=SSulycqZH-U. Le sourire des élèves, fait écho au public de l’époque. En effet, l’œuvre musicale est originale et vraiment étonnante. Des objets du quotidien deviennent des instruments de musique et nous voyons John Cage avec son chronomètre jouer une vraie partition de musique à l’aide d’un mixeur, de deux radios, d’une baignoire remplie d’eau, d’une casserole, d’une sorte de cocotte-minute…

Pour ces élèves de 14-15 ans, c’est une première, et leur curiosité est piquée. La classe se divise alors en deux : un groupe reste avec Julien Mauri et Jean-François Oliver, tandis que l’autre groupe suit Edith Bornancin pour une visite du théâtre.

Coulisses, loges, salle de danse, fosse : lieux inconnus pour nos jeunes spectateurs se parcourent avec l’historique du Théâtre de Nîmes. Le groupe découvre attentivement l’acte criminel d’Eva Closset sur l’ancien théâtre, puis un lieu, place de la Calade, aux multiples fonctions : une école de filles devenue salle polyvalente, puis rénovée par l’architecte Willmotte en 1988 pour devenir le bâtiment que nous visitons. Ensuite, la découverte de l’atelier de fabrication de décor, espace devenu rare dans les théâtres français, permet aux élèves de réfléchir aux différents sens des décors et lumières et de saisir la notion de Représentation.

La visite d’une loge lève également certains mystères sur le métier d’acteur, et loin des préjugés du show-biz, ce lieu devient synonyme de concentration et de relaxation.

Enfin, le lieu préféré des élèves : la fosse. Encore des secrets, Edith en profite pour expliquer les installations bien particulières des orchestres.

On remonte pour renouer avec les musiciens et leur atelier.

Les adolescents s’installent maintenant sur scène et observent de plus près les objets ou instruments mis à leur disposition. A la fois amusés et concentrés, ils s’écoutent et lancent les premiers sons : percussions, xylophone, cymbale, pellicule-photo, râteau et sable… Le visuel, le toucher et l’ouïe se mettent en lien. Une première partition des élèves est orchestrée par Julien et enregistrée par Jean-François. Les élèves apprécient et comme dans un orchestre, ils suivent attentivement les consignes du chef. L’expérimentation se termine, les élèves découvrent les autres facettes de cette aventure au Théâtre de Nîmes : l’enregistrement.

Fin de l’atelier, Julien et Jean-François deviennent des opérateurs techniques et triturent les sons, les électrisent et offrent à la classe de troisième leur première composition musicale.

Cet atelier a permis aux futurs spectateurs de TRIG de mieux saisir les enjeux de ce concert-installation de musiques improvisées et expérimentales, qui aura lieu le 4 mai 2016, au théâtre Christian Liger. En ayant construit pas à pas cette musique, ils ont participé à un véritable temps de création musicale.

Isabelle Alves

Partager



  • Autour des spectacles

  • Agenda

    mai 2017
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Prochainement