Du théâtre de marionnettes pour aborder tout en douceur et poésie la question des enfants « dys ».

Pour Basile, dès le réveil, tout est prétexte à jouer et à s’évader dans un monde merveilleux. Sa tasse de chocolat ? Une longue-vue ! La cravate de son papa ? Une épée ! Sauf qu’aujourd’hui, c’est sérieux, c’est le premier jour d’école… Catastrophe ! Sur le trajet, dans la cour de récréation, en classe : son imagination débordante devient encombrante, surtout face aux attentes des adultes.

Avec Jeu, la compagnie A Kan la Dériv’ aborde tout en douceur la thématique des enfants « dys » (qui présentent des troubles cognitifs tels que dyslexie, dysphasie…), de leur singularité et de leur place dans la société. Les marionnettes, minimalistes, évoluent dans un décor où tout est montré, rien n’est caché, sans que la magie disparaisse ! Au final, le monde dévorant de l’imaginaire finit par gagner, aussi, le spectateur. Et l’aide à mieux comprendre Basile, et tous les autres !

 


Dramaturgie Amel Banaïssa
Création son Alice Huc
Scénographie Grégoire Chombard

Soutenu par la Drac île-de-France, le Département du Nord, la Ville de Nogent-sur-Marne, l’Espace Tonkin de Villeurbanne, scène conventionnée – arts de la marionnette, le Collège Savary de Gouzeaucourt, le Pocket Théâtre de Nogent-sur-Marne, le Théâtre de l’abbaye, la SPEDIDAM, le Théâtre Paris Villette.

© Anthony Diaz