Une femme-crocodile, créature pop-rock, déambule librement dans le Museum d’Histoire naturelle. De sa jungle natale aux pistes de cirque, la performance est fantastique.

Valérie Crouzet, seule en scène, entre dans la peau d’une femme-crocodile. L’espace est idéal pour ce spectacle déambulatoire qui, avec le reptile, fait un clin d’œil au symbole de la ville de Nîmes. Après avoir joué en 2019 dans Je suis invisible de Dan Jemmett et Dr Jivago devant un public de professionnels en 2021, Valérie Crouzet réalise une performance corporelle, sur fond d’émancipation féminine et animale. On ne sait pas s’il s’agit d’un crocodile métamorphosé en femme, ou l’inverse. Cette créature échappée d’une des vitrines, qui joue des codes de l’ultra-féminin, rampe dans les allées et s’adresse au public : parce qu’un chasseur amoureux l’a arrachée de son Mississippi natal, elle est devenue une star de cirque, parcourant le monde avec l’homme-tronc et l’avaleur de sabres… Captive, la bête sauvage est restée très libre.


Conception lumière Thierry Capéran
Création accessoire crocodile Nicolas Darrot

Production Les Monstres de Luxe.
Coproduction Théâtre de Nîmes, La Halle aux grains – Scène nationale de Blois. Soutien DRAC Occitanie.

© Les Monstres de Luxe