« On devrait toujours écrire un pistolet sur la tempe, au moindre faux pas le coup partirait. Ingéniosité, calcul, ruse, tout cela nous perdrait quand l’ingénuité nous ferait marcher droit… » Jean Carrière

Le 21 novembre 1972, Jean Carrière, écrivain nîmois, obtient le prix Goncourt pour L’Épervier de Maheux. Vendu à 2 millions d’exemplaires et traduit dans 14 langues le roman est un Goncourt retentissant. Cette subite et écrasante célébrité est un choc inouï dans la vie de l’auteur, qui le plonge dans une descente aux enfers de près de 15 ans.
Vers la fin des années 80, presque guéri, il entreprend de raconter cette étrange aventure dans Le Prix d’un Goncourt. Entre péripéties liées au Prix, remémoration de son enfance qui fut son principal moteur créatif, rebondissements et catastrophes, le spectacle est un parcours haletant raconté notamment sur le propre vélo de Jean Carrière.
Récit à la connotation tragicomique, il est une plongée dans les méandres de la vie d’un écrivain malade de son art, une course contre la montre sur la nécessité d’écrire, car c’est la seule issue pour continuer de vivre.


Musique et arrangement Raphaël Lemonnier
Dramaturgie et direction d’acteur François Cottrelle
Lumière Jean-Louis Alessandra et Olivier Chamoux
Costume Corinne Ruiz
Décor Christophe Brot

Production Cie Artscénicum.
Coproductions Scènes et Cinés – Scène conventionnée Art en Territoire – Théâtre La Colonne à Miramas, Le Pas de L’oiseau – Le Quai des Arts à Veynes,
Châteauvallon-Liberté scène nationale Toulon Provence Méditerranée, Le Point de Fuite.
Partenaires et résidences Théâtre de Nîmes, Le Cratère scène nationale d’Alès, Théâtre des Carmes – Avignon, La Croisée des Arts à Saint-
Maximin-la-Sainte-Baume, Conseil Départemental du Var, Région Sud, DRAC PACA, Spedidam, Adami.

© Jérôme Quadri