Ces deux merveilles de la danse contemporaine conjuguent la tradition des rituels à la charge explosive du hip hop.

Méconnue en France, l’œuvre de la danoise Lene Boel mérite d’être découverte tant elle déploie une force brute et raffinée.

Dans le solo Immortality, la chorégraphe nous plonge dans des rêves d’éternité, depuis les lointaines pensées philosophiques et religieuses jusqu’aux visions futuristes des scientifiques sur le rajeunissement artificiel du corps. Le danseur japonais Ismaera Takeo Ishii combine butō et danse urbaine, sur une musique électronique de Rex Casswell.

Ritual for the Inuit, pour sa part, mêle deux cultures « de survie ». Comme l’explique Lene Boel, les Inuits emploient traditionnellement « le chant et la danse pour résoudre les conflits quand les battles transforment des intentions négatives en expression artistique explosive ».
Le rituel s’ouvre sur un chant a capella, les corps s’élancent.

 

Spectacle d’une grande force visuelle,
naturellement accessible aux personnes Sourdes


 

En collaboration avec l’association Da Storm
dans le cadre du Festival Tout Simplement Hip Hop
dastorm.fr

 

Immortality production Ann-Jette Caron et soutien de la National Arts Foundation.
Ritual for the Inuit avec le soutien du Danish Arts Council, de la State Art Foundation et la Cultural Foundation Denmark-Groeland.

© DR