SPECTACLE ANNULÉ

La venue d’artistes étrangers hors Union Européenne nécessite un long travail en amont (demande de visas, autorisations de travail, tests Covid-19…) et à notre grand regret, l’évolution incertaine de la pandémie rend impossible la préparation de ce concert.
Les frontières extérieures de l’Union Européenne sont pour le moment fermées et la circulation des artistes internationaux est très difficile voire impossible. Actuellement, aucun accord de réciprocité n’autorise la circulation des personnes entre l’Inde et la France.

Nous regrettons vivement ce changement de programme et nous vous invitons à contacter la billetterie pour un échange, un bon d’achat ou un remboursement.
Pour toute demande, merci de renvoyer vos billets (accompagnés d’un RIB pour les remboursements) à : Théâtre de Nîmes – Service billetterie, CS 90040, 30020 Nîmes Cedex 1.

Attention ! Si vous avez acheté vos places sur la billetterie en ligne du Théâtre et que vous n’avez pas retiré vos billets, transférez votre mail de confirmation d’achat des places à l’adresse billetterie@theatredenimes.com et précisez votre demande : remboursement (+RIB), échange ou bon d’achat.
L’équipe de la billetterie est joignable par mail à billetterie@theatredenimes.com ou par téléphone au 04 66 36 65 10 du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h30 à 18h.
Les guichets au théâtre sont exceptionnellement fermés au public.

 

Les chants et danses spontanés des bardes itinérants du Bengale bousculent les conventions et, dans une énergie très fluide, éveillent à l’essence de la nature et de la vie.

Les Baûls n’ont pas d’origine. Ces Hindous hétérodoxes vénèrent la divinité qui se trouve dans le temple intérieur de chacun : le corps ressemble à un pot en terre, le feu est la sagesse transmise par le sage qui cuit la terre. Un pot qui n’a pas été cuit ne peut contenir l’eau de l’amour. On les dit « fous de Dieu » parce qu’ils poursuivent délibérément un état de totale liberté spirituelle. Les Bâuls sont en dehors du système de castes des Hindous, des rituels, ne possèdent rien et voyagent à pied.
Ils ne sont affectés ni par les honneurs, ni par les infortunes de ce monde. Ils vont de village en village, munis d’une simple ektara (instrument à une corde), du luth dotara et du duggi, petit tambour à deux peaux, de cymbalettes et de clochettes. Une musique profonde, joyeuse et libre !


En collaboration avec Françoise Degeorges, productrice de l’émission
Ocora Couleurs du Monde sur France Musique.

Production Zaman Production.

© Photo Alain Weber