TIOMBÔ en créole mauricien signifie « tiens bon », « garde le cap », « prends patience », « résiste ».

C’est la naissance d’un quartet qui réunit deux griots modernes : Olivier Araste de l’île de la Réunion (fondateur du groupe familial Lindigo en 1999, qui a connu un très grand succès à l’international) et Menwar, musicien « typique » de l’Île Maurice, virtuose du tambour ravane dont le son envoûtant s’inscrit, avec celui du rouleur (gros tambour), de la maravane (kaîamb) et du bobre (arc monocorde), dans cette musique créole qui chante la souffrance d’êtres humains déracinés.

Ecoutés et respectés, profondément enracinés dans leur culture, les deux leaders charismatiques appartiennent à la communauté créole. Leurs textes puissants et poétiques, mais aussi leurs musiques et leurs danses, retracent l’histoire mouvementée du métissage de ces îles, et se font l’écho du monde d’aujourd’hui.

Pour la première fois, ils unissent leurs chants pour une transmission plus forte, plus universelle, pour laisser monter babani (l’Esprit) jusqu’à un état de transe quasi-religieuse. Avec eux, Kersley Sham, étonnant percussionniste mauricien vivant à Paris, et l’accordéoniste français Fixi qui a joué avec Olivier Araste et Lindigo, Winston Mc Anuff et Tony Allen… TIOMBÔ, c’est le maloya et le séga réunis, une musique jubilatoire et une célébration des ancêtres.


En collaboration avec Françoise Degeorges,
productrice de l’émission Ocora Couleurs du monde sur France Musique

 

Production-diffusion Villes des musiques du monde. Coproduction Théâtre de Nîmes / Le Sax – Achères.
Soutiens en residence Le Sax – Achères, Le Point fort – Aubervilliers.