Six personnages en quête d’amour : un mélodrame actuel sur fond de réussite sociale et de désœuvrement.

Dans ce vaudeville contemporain où le frivole flirte avec le politique, les vies de cinq femmes et d’un homme se croisent dans une quête compulsive d’amour et de liberté. Derrière les masques de la séduction, les héroïnes de Jean-René Lemoine sont les sujets rêvés pour le tableau d’une société en déliquescence, rompue à un idéal de jouissance, de pouvoir et d’argent.
«Dans ces vents contraires, comment s’y prendre ? Plus rien n’a de sens et rien ne va. » Avec pour hymne la chanson Désenchantée de Mylène Farmer, cette pièce chorale est une cartographie de notre temps au moment où les illusions s’effondrent. D’un style remarquablement hors normes, elle fait des stéréotypes et du grotesque les révélateurs d’une fragilité bouleversante d’humanité.


Scénographie Christophe Ouvrard
Lumière Dominique Bruguière
Composition musicale Romain Kronenberg
Costumes Pryscille Pulisciano
Travail vocal Donatienne Michel-Dansac
Chorégraphie Anatole Hossenlopp et Jean-René Lemoine
Maquillage Ludovyk Larthomas
Assistante à la mise en scène Laure Bachelier-Mazon
Assistant à la lumière Pierre Gaillardot
Assistante aux costumes Laetitia Raiteux
Construction décor atelier de la MC93

Production MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis.
Coproduction Théâtre National de Strasbourg, Centre dramatique national de Tours — Théâtre Olympia, Maison de la Culture d’Amiens — Centre européen de création et de production, Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique.
Avec le soutien de la SPEDIDAM, société de perception et de distribution gérant les droits des artistes interprètes, de la DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture, du Fonds SACD Musique de Scène
Avec la participation artistique du Jeune théâtre national. 
Remerciements au Studio de Formation théâtrale de Vitry-sur-Seine pour la commande du texte.
Remerciements à la maison Hermès.
Avec l’aimable collaboration de la Scène Thélème.

Vents contraires est publié aux Solitaires Intempestifs (avril 2016).

Photo © Marco Sanson