L’homme-machine se dérègle et invente sa propre gestuelle. Un parfum de liberté enveloppe cette performance.

Dans une plate-forme De Tri encombrée de cartons, deux manutentionnaires fabriquent des boîtes de façon robotique. Mais quelque chose se détraque dans leurs gestes formatés et la machine bien huilée fait un pas de côté…
Après Stéréoscopia présenté au Théâtre de Nîmes en 2015, Vincent Dupont crée un dispositif sonore innovant en lien avec les mouvements de deux danseurs : ils sont équipés de laryngophones, des micros placés sur leur gorge qui déclenchent des instruments, cuivres, percussions ou cordes. À l’écoute de leur propre souffle, le duo fuit le quotidien et élabore, grâce à la danse, de nouvelles trajectoires de vie.


Son Maxime Fabre et Raphaëlle Latini
Création lumière Yves Godin
Régie lumière Iannis Japiot
Travail de la voix Valérie Joly
Conseil dramaturgique Mathieu Bouvier
Collaboration artistique Myriam Lebreton

Production J’y pense souvent (…)
Coproduction ICI—CCN Montpellier – Occitanie, Pyrénées-Méditerranée / Direction Christian Rizzo, Musée de la Danse / CCN de Rennes et de Bretagne, Théâtre de la Ville – Paris, L’Avant-Scène Cognac, Le Vivat – scène conventionnée d’Armentières en collaboration avec le Festival Latitudes Contemporaines.
Avec le soutien de La Passerelle – scène nationale de Saint-Brieuc, La SPEDIDAM.
Vincent Dupont est artiste associé de 2015 à 2019 à ICI—CCN Montpellier – Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / Direction Christian Rizzo.
Vincent Dupont est artiste associé de 2019 à 2022 au Centre des arts d’Enghien-les-Bains – scène conventionnée « écritures numériques ».
J’y pense souvent (…) est soutenue par le Ministère de la culture et de la communication – DRAC Île-de-France.

Photo © Marc Domage